Discours de Brigitte Doré, Directrice Générale de l’UDAPEI 62

Brigitte Dore

Colloque : « l’inclusion : une mosaïque à composer ensemble » 27/06/2017 à Liévin
Brigitte Doré – Directrice Générale de l’UDAPEI 62

Merci d’avoir répondu si nombreux à notre invitation.

Tout d’abord, je vous prie de d’excuser Monsieur Michel BOCQUET, Président de l’Udapei 62 qui est hospitalisé et dans l’impossibilité de nous rejoindre à son grand regret.

Je tiens à saluer :

  • Madame Evelyne GUIGOU, Directrice Générale Adjointe de l’ARS représentant Madame RICOME, Directrice Générale de l’ARS
  • Madame Evelyne NACHEL, Conseillère départementale représentant Monsieur Michel DAGBERT, président du Conseil départemental du Pas-de-Calais
  • Madame Coryne HUSSE, Vice-Présidente de l’Unapei représentant Monsieur Luc GATEAU, son président

Qui vont ouvrir les débats de cet après-midi.

Je tiens à saluer également :

  • Messieurs Alain DELANNOY et Luc GINDREY, respectivement Président et directeur de la MDPH
  • Monsieur WECSTEEN, représentant l’éducation nationale
  • Les partenaires, partie prenante « expérimentateur » de l’inclusion
  • Messieurs Michel CUVELIER et Bruno CHEVRIER, président et Directeur Général de l’Urapei
  • Monsieur Christian HILAIRE, directeur général de l’Udapei du Nord
  • Tous les représentants des Apei du Pas-de-Calais et de l’association « Nous Aussi »
  • L’ensemble des collègues des associations oeuvrant dans le Pas-de-Calais
  • Et tous mes remerciements à l’équipe de l’Udapei 62 qui a agi avec beaucoup de professionnalisme pour l’organisation de cet après-midi et à l’Aréna Stade Couvert pour nous accueillir dans ce lieu rénové.

« L’Inclusion, une mosaïque à composer ensemble ». Les mots changent et les concepts évoluent mais la volonté a toujours été la même permettre aux personnes handicapées de vivre avec et parmi les autres au sein de la cité.

Que la société et son environnement créent les conditions pour qu’ils aient leur place et toute leur place dans leur différence et leur singularité, qu’ils puissent exercer leurs droits et tous leurs droits. Cela ne va pas sans une réelle volonté portée par les acteurs que vous êtes que nous sommes…une responsabilité collective…..nous en verrons des exemples concert et nous en débattrons.

Nous souhaitons que cette journée contribue à l’essaimage des initiatives et des actions portées par les uns et les autres.

Votre diversité est une richesse qu’il faut partager. Il est impossible aujourd’hui que la réponse soit portée en totalité par un seul d’entre nous. L’aire est donc à la solidarité  et à la coopération. C’est pourquoi, nous formons une mosaïque. Une mosaïque d’idées, de projets, une mosaïque de savoirs, de pratiques et de savoirs faire.

Notre proposition d’aujourd’hui est de mettre tout cela en commun afin d’être plus créatif, plus pertinent et plus efficace.

Ensemble, relevons le défi qui se présente à nous. Aujourd’hui et demain, ne permettons plus que les personnes handicapées soient encore trop souvent de côté et qu’elles ne puissent réaliser leur parcours de vie choisi dans un environnement adapté.

Nous vous proposons aujourd’hui de débattre comment s’organiser ensemble pour que le changement s’installe et aussi créer les conditions propices à l’inclusion c’est-à-dire le vivre ensemble.

Je vous remercie.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Discours de Brigitte Doré, Directrice Générale de l’UDAPEI 62

Discours Coryne Husse : Vice Présidente de l’Unapei

coryne Husse

Colloque : « l’inclusion : une mosaïque à composer ensemble » 27/06/2017 à Liévin
Coryne Husse – Vice Présidente de l’Unapei

 

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Discours Coryne Husse : Vice Présidente de l’Unapei

Discours Evelyne Nachel – Conseillère départementale

Evelyne Nachel

Colloque : « l’inclusion :  une mosaïque à composer ensemble » 27/06/2017 à Liévin
Evelyne Nachel : représentante du Président du Conseil départemental du Pas-de-Calais

Mesdames, messieurs,

Je suis très heureuse d’honorer l’engagement de Michel Dagbert, Président du Conseil Départemental, d’être parmi vous pour ouvrir ce colloque tant le sujet est à la fois passionnant et interrogeant.

Interrogeant car il n’est pas simple de donner une définition de la notion de société inclusive.

Si le terme de société́ inclusive reste complexe, il semble toutefois faire suite à la notion d’intégration, encore abondamment utilisée dans le secteur du handicap.

Plus ambitieuse et sans doute plus complexe à mettre en œuvre, l’inclusion sous-entend la participation des personnes aux décisions qui sont prises avec elles et non plus pour elles.

Le système d’accompagnement des personnes handicapées, structuré par les lois de 1975, propose principalement un dispositif d’orientation en établissement médico-social qui tient compte du type de handicap, de l’âge et de la capacité́ de la personne à exercer une activité́.

Or, l’établissement spécialisé́ apparaît de moins en moins comme une solution souhaitée. Lorsque le choix est possible, le maintien à domicile est privilégié, laissant la personne dans un environnement familier.

Le Département du Pas-de-Calais n’a jamais considéré que l’évolution des modes d’accompagnement des personnes handicapées vers une plus grande inclusion implique forcement la suppression des établissements spécialisés.

Il est certain que lorsque la lourdeur du handicap ne permet plus le maintien à domicile, l’accueil en établissement reste une solution qui peut garantir une réelle qualité́ de vie pour la personne. Pour autant, il est indéniable que le secteur doit évoluer, remettre en question ses modes de fonctionnement et ses pratiques professionnelles.

C’est pour cela que depuis 6 ans, nous ne parlons plus, dans le Pas-de-Calais, de création de places mais de créations de réponses nouvelles. Ces 7 dernières années, nous avons essayé de créer les conditions de la transformation de notre société en une société inclusive. Nous avons offert 700 réponses nouvelles ; nouvelles dans l’offre de prise en charge mais également nouvelles dans leur conception.

Il s’agit :

  • De la création d’unité spécialisée dans la prise en charge des personnes handicapées vieillissantes en EHPAD,
  • De la création d’établissements spécifiques aux personnes handicapées en perte d’autonomie : les EHPA-H,
  • De la création de services ambulatoires de proximité comme les services d’éducation spécialisée et de soins à domicile (Sessad) ou les services d’aide à la vie sociale (SAVS).

Dans notre Département, plus de 6000 personnes en situation de handicap, enfants ou adultes, ont des droits ouverts par la MDPH pour un accompagnement par un établissement ou un service médico-social, mais ne  peuvent les faire valoir ; faute de réponse adaptée et d’absence de gouvernance collective de modalités d’accueil.

Ces réflexions, nous les intégrons à notre Pacte des Solidarités.

Ce Pacte des Solidarités c’est tout simplement :

  • L’outil par lequel le Département va organiser la transversalité des politiques publiques de solidarités sur son territoire,
  • L’outil grâce auquel il va guider la coordination et la complémentarité des acteurs,
  • Et enfin, C’est l’outil sur lequel il va appuyer le développement social.

C’est le rôle de chef de file qui donne au Département ce droit, mais avant tout, ce devoir, de développer les synergies, d’optimiser les moyens et de partager les regards, au service des habitants du Pas-de-Calais.

Aujourd’hui, les actions mises en œuvre par le Département – et ses partenaires – sont guidées par plusieurs schémas, pactes et plans.

Ces documents cadres ont été rendus nécessaires par la complexité croissante de l’action sociale, reflet de l’empilement des dispositifs, de la multiplication des acteurs et de l’accroissement des besoins.

L’expertise s’est accrue en même temps que le cloisonnement s’est construit.

Pour penser autrement les politiques de solidarité, il faut les co-construire.

C’est à cette démarche que s’emploient les services du Département depuis plusieurs mois et c’est à cette démarche à laquelle je sais que vous participez.

Le Pacte des Solidarités sera approuvé, vendredi prochain, par l’Assemblée Départementale. En son sein, vous retrouverez une orientation consacrée au développement d’une stratégie globale sur le logement intermédiaire des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, qui est un axe majeur d’une réelle inclusion de ces personnes.

L’offre multiple et notamment l’offre non institutionnelle n’est pas encore bien identifiée par les personnes concernées. Ainsi la simplification comme la mixité ou la convergence avec d’autres publics doivent orienter notre conception de parcours et d’hébergements possibles.

Il existe un « cloisonnement » entre les professionnels du logement social et des établissements médico-sociaux, d’où un besoin d’acculturation et de travail en réseau.

Sur ce point, je pense que Damien VANNESTE pourra tout à l’heure nous apporter une vision enrichissante sur ce que doit être un habitat intermédiaire et inclusif.

Aujourd’hui, par votre mobilisation, vous ouvrez un peu plus nos esprits à cette question, et je vous en remercie.

Bonne journée et bons travaux à tous.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Discours Evelyne Nachel – Conseillère départementale

Discours d’Evelyne Guigou : Directrice Générale Adjointe de l’ARS

 Evelyne Guigou

Colloque : « l’inclusion : une mosaïque à composer ensemble » 27/06/2017 à Liévin 
Evelyne Guigou : Directrice Générale Adjointe de l’ARS

C’est un beau titre que l’UDAPEI et les APEI du PDC proposent pour cet après-midi de réflexion.

Un beau titre, qui interroge, et c’est sans doute volontaire.

Car pour créer une mosaïque on utilise des éléments de toutes sortes : pierres, émaux, verre, céramique, etc… que l’on maintient fortement soudés

  • Veut-on évoquer le rassemblement d’une pluralité d’individus forcément différents, éminemment singuliers, mais appelés à composer au final cet ensemble  que l’on dit société?
  • Ou bien la mosaïque désigne-t-elle les propositions multiples et diverses à concevoir pour permettre l’inclusion?
  • Ou encore, est-ce à l’action elle-même que l’on s’attache? et donc à la deuxième partie de ce titre : « composer ensemble ? », qui renvoie au processus de construction de l’inclusion, forcément collectif ?

Vous avez bien sûr le choix des réponses, des points de vue, cet intitulé est suffisamment riche pour laisser très ouverts les échanges.

En ce qui me concerne, j’en reviens à l’intitulé de la loi de 2005 : « loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Pour dire que c’est un très beau titre aussi  pour un projet inclusif.

Nous savons qu’il aura fallu  du temps pour que cette loi commence à porter ses fruits et que du concept, on passe à un début de concrétisation.

Aujourd’hui, la nécessaire inclusion dans la société des personnes en situation de handicap est un point de vue mieux partagé. Les esprits ont progressé là-dessus. Nous sommes convaincus que les personnes handicapées doivent bénéficier des mêmes droits que tout un  chacun : recevoir une instruction et une éducation à l’école, avoir un chez soi,  un travail, accéder aux soins, aux transports, aux lieux de culture et de loisirs, aller et venir,  non pas reléguées, mais au cœur de la Cité.

Et nous admettons aussi que dans nos propositions, dans nos dispositifs, nous devons partir de la personne, de ses besoins, de ses aspirations et de son expression.

Mais pour se concrétiser au-delà d’un consensus théorique, ces principes doivent faire partie de notre Vivre ensemble réel et faire l’objet d’une attention permanente.

Et là, nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir. Un seul exemple : notre environnement physique, l’espace urbain dans lequel nous évoluons, l’organisation des transports publics. Nous mesurons les progrès qui restent à accomplir.

Réussir l’inclusion, c’est s’organiser collectivement pour offrir la possibilité de participation à la vie réelle en société. C’est simple dans le principe, complexe dans la réalisation.

Pour s’incarner, ce principe  doit être mis en œuvre dès le plus jeune âge, dans les lieux où se noue l’apprentissage des échanges, de l’altérité, de l’autonomie, de la socialisation : dans les lieux d’accueil collectifs des jeunes enfants, et bien sûr ensuite à l’école, lieu de savoir, d’éducation, de rencontres et de sociabilité.

L’inclusion dès le plus jeune âge est le gage d’un bon départ. 

  • L’effort  doit être poursuivi tout au long de l’enfance et de l’adolescence et cela demande des moyens pour apporter les aides, les compensations nécessaires.
  • Dans un autre domaine, l’accès à l’art et à la culture, la pratique artistique et culturelle, sont un droit pour chacun et un formidable moyen d’accomplissement et d’émancipation personnels, et de reconnaissance sociale. Je voudrais au passage saluer l’investissement de nombre d’associations du secteur du handicap dans le programme Culture-Santé que l’ARS, depuis sa création,  soutient avec la DRAC, à la fois  techniquement (puisque nous avons un chargée de mission culture-santé) et financièrement. Ce programme  déployé depuis longtemps en milieu hospitalier, s’est plus récemment étendu au secteur du handicap. Nous sommes fiers des résultats de notre appel à projets 2016/2017, de la qualité artistique des projets retenus et des nouvelles actions que nous proposons, de plus d’envergure, comme les résidences d’artistes.
  • La participation à la vie sociale, c’est également bien sûr l’insertion professionnelle, et en ces temps difficiles, on sait la nécessité d’un accompagnement renforcé.
  • A cet égard, le passage de l’adolescence à l’âge adulte doit faire l’objet de toutes les attentions par les professionnels, car ce cap difficile à passer, l’est encore plus dans le handicap, où la question de  l’accès à l’emploi se pose avec plus d’acuité. L’expérimentation en matière d’emploi accompagné va dans ce sens.
  • Autre droit fondamental, l’accès à un logement. Choisir son « chez-soi » est une aspiration légitime pour les personnes en situation de handicap, qui souhaitent ne plus être contraintes à vivre en institution pour pouvoir bénéficier des accompagnements dont elles ont besoin. C’est pourquoi se développe le concept d’habitat inclusif, qui offre des formules d’habitats  intégrés dans la Cité, soutenus par un projet social et des services, et portés en partenariat entre associations du secteur médico-social, bailleurs sociaux, collectivités…

**********************

Pour ce qui est de la responsabilité de l’ARS pour promouvoir l’inclusion :

Je dirai  d’abord qu’elle est de soutenir les acteurs pour leur permettre d’offrir l’accès au droit commun, sous la forme notamment des services qui doivent le plus possible s’ajuster aux besoins et à leur évolutions : services en faveur de la scolarisation en lien avec les propres services de l’Education nationale, services d’accompagnement et de soins à domicile pour la vie au quotidien, équipes mobiles, services d’insertion professionnelle, mais aussi accueil de jour, accueil temporaire, séquentiel.

Mais cela n’exclut pas l’accueil institutionnel, en établissement, pour autant. On ne peut pas verser non plus dans le virage ambulatoire exclusif. Les situations réelles sont diverses et appellent des réponses adaptées.

Ce qui est important c’est d’être convaincu qu’en institution aussi, on doit viser l’inclusion, l’émancipation, partir de la personne, dans le respect qui lui est due en tant que personne. Cette révolution copernicienne doit être menée partout. 

Notre responsabilité, en tant qu’Agence, et avec d’autres partenaires, c’est de vous soutenir pour développer une palette de réponses, la plus complète possible et  pour aussi  avancer dans la souplesse et la modularité des réponses dans le temps. Cela nécessite des moyens financiers et des évolutions réglementaires et/ou de pratiques pour une meilleure adaptabilité des dispositifs. On avance là-dessus. On voit que les choses bougent dans le bon sens.

L’inclusion c’est aussi l’action que l’on peut mener pour faire évoluer l’environnement, au-delà du secteur médico-social. C’est par exemple l’effort en faveur de la formation des professionnels, et notamment des professionnels de santé. Nous finançons par exemple des actions de formation en direction des médecins, via l’URPS. Nous soutenons les établissements de santé quand ils prennent des initiatives de décloisonnement.

Ces actions de formation sont centrées sur la sensibilisation des professionnels aux besoins des personnes handicapées en termes d’accès à la prévention, au dépistage des maladies et aux soins. Elles concernent donc le droit à la santé, qui est la mission même de l’Agence. Nous avons d’ailleurs volontairement construit avec les acteurs, un programme d’accès à la prévention et aux soins des personnes en situation de handicap, d’abord en Nord-Pas-de-Calais, et que nous élargissons à présent aux territoires de l’ex-Picardie.

Dans son principe, l’intérêt de ce programme est indéniable et nous ne regrettons pas de l’avoir porté. Dans la réalité de son contenu, nous progressons pièces par pièces, comme dans la mosaïque du titre. Comme vous, nous aimerions que ça aille plus vite.

En résumé, l’action de l’ARS en matière d’inclusion est d’abord tournée vers la santé, vers l’éducation, et vers l’emploi. Ce, avec nos  partenaires institutionnels : les Conseils départementaux, les MDPH, l’Education nationale, les services de l’emploi, le Conseil régional avec sa compétence en matière de formation, la DRAC. Et bien sûr, les acteurs du secteur médico-social qui sont en première ligne.

*********************

Sur un plan plus global, pour réussir l’inclusion, pour marquer des progrès décisifs dans le concret, il faut entraîner l’ensemble des ministères au niveau national. A cet égard, le nouveau positionnement du Handicap dans la sphère du Premier Ministre, via le Secrétariat d’Etat de Madame Cluzel, est un symbole fort de cette volonté d’accélérer le processus interministériel.

L’autre moyen de réussir l’inclusion c’est le local, des acteurs qui se rencontrent pour composer (je m’inspire de votre titre) des réponses de proximité, en partant des territoires de vie des personnes concernées,  par l’expérimentation et l’innovation si besoin, en tout cas avec la volonté de faire ensemble.

Le territoire de proximité permet de penser plus facilement les articulations entre les secteurs et entre les acteurs, pour partager sur ce qui marche et trouver des solutions concrètes. Votre réunion de cet après-midi relève de cette dynamique, qu’il faut porter avec constance.

Voilà ce que je voulais vous dire. Je vais rester un moment et écouter avec intérêt l’intervention de Monsieur Gardou.

Je ne pourrai malheureusement pas rester au-delà car je dois être à 16H à Arras pour l’installation de l’Union Régionale des Associations Agréées du Système de Santé (URAASS) des Hauts de France. C’est un rendez-vous important aussi car il s’agit là de démocratie en santé, pour progresser vers la participation des usagers, de tous les usagers du système de santé, aux décisions qui les concernent. Et nous sommes tous concernés, car tous usagers du système de santé à un moment de de nos vies.

Merci à toutes et à tous pour vos initiatives. Excellents travaux et très bon  après-midi !

Publié dans Nos actualités | Commentaires fermés sur Discours d’Evelyne Guigou : Directrice Générale Adjointe de l’ARS

la conférence de Charles Gardou en vidéo (extraits)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur la conférence de Charles Gardou en vidéo (extraits)

Conférence du 27 juin 2017 : « L’inclusion : une mosaïque à composer ensemble »

 

Affiche compress

La conférence de Charles Gardou :

Les fondements et enjeux d’une société inclusive. Penser autrement la place des personnes avec une déficience intellectuelle

Discours de Charles Gardou

Son livre : La société inclusive, parlons-en !

La conférence de Damien Vanneste :

Promesses et défis de l’habitat inclusif

Discours de Damien Vanneste

Tables rondes : La scolarité

Apei Hénin/Carvin

  • Quentin
  • Madame Peliks, maman de Quentin
  • Christelle Pennequin, Chef de service du SESSAD et du pôle autisme de l’IME d’Hénin-Beaumont

Apei Saint Omer

  • Frédérique Montuy, infirmière du collège
  • Delphine Vaillant, éducatrice au SESSAD de Saint Omer
  • Céline Lapacz, psychologue au SESSAD de Saint Omer

 

Table ronde : Culture, loisirs et sport

Apei Lens

  • Sadek Deghima, chef de service du SAJ
  • François Aunycke, coordinateur de l’association « colères du présent »
  • Une personne du SAJ

Apei Boulogne/Mer

  • Vincent Bourdeauducq, résident du FAM
  • Cécile Lherbier, éducatrice au FAM
  • Cathy Mortier, aide médico psychologique au FAM

Apei Béthune

  • Michel Aroury
  • Bruno Pieckowiak, animateur sportif à l’ESAT de Ruitz

Vidéo de la table ronde : Culture, loisirs et sport

 

Table ronde : Travail et formation

Afapei Calais

  • Serge Blanquart, directeur du pôle travail adapté
  • Madame Lernould, chargée d’insertion du pôle travail adapté

Le GAM

  • Moufid Belfench
  • Claire Broutin, responsable de rayon textile à Auchan
  • Pascal Billaud Parenthèse et Savoirs (organisme de formation)

 

Table ronde : Habitat et vie sociale

Apei Lens

  • Monsieur Chantarasi, directeur du restaurant le Poivre Rouge
  • Jean Charles Pierpont et Déborah Stassart
  • Frédéric Frackowiak, chef de service du FAM

Apei Béthune

  • Véronique Blanquart
  • Cécile Delcuse, éducatrice au service d’accompagnement en milieu ouvert (SAMO) de Bruay

Apei Saint-Omer

  • Perrine Duquesnes, responsable d’Unis Cité

 

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Conférence du 27 juin 2017 : « L’inclusion : une mosaïque à composer ensemble »

Conférence du 27 juin 2017, l’inclusion : une mosaïque à composer ensemble

L’Udapei du Pas de Calais organise une conférence-débat sur le thème de « l’inclusion : une mosaïque à composer ensemble » le 27 juin 2017 à 13h30 à l’amphithéâtre de l’Arena Stade Couvert de Liévin.

L’initiative de l’Unapei qui a permis à Mélanie, jeune femme trisomique, de présenter la météo sur France 2 à une heure de grande écoute, portée par un soutien sans précédent sur les réseaux sociaux, a démontré qu’une société ouverte à toutes les différences est possible et même souhaitée par un grand nombre de citoyens. Le message qu’elle porte concerne toutes les autres personnes handicapées, dont le premier rêve et de vivre avec les autres dans une société accueillante. D’aller à l’école, de travailler, d’avoir un logement choisi, d’être soigné, informé, accompagné.

Aujourd’hui encore, les personnes handicapées accèdent difficilement à l’école, au travail, à la santé, au logement, aux sports et aux loisirs, au vote, et même à l’information. Les personnes handicapées sont ainsi laissées de côté, sans qu’on leur donne les moyens de décider pour elles-mêmes.

Construire une société inclusive et solidaire, c’est s’organiser ensemble autrement tout en respectant les différences et singularités, pour que le processus de rencontre propice à l’inclusion puisse se mettre en œuvre.

Programme de la journée

Rendez-vous dès à présent en cliquant ici pour vous inscrire (le nombre de place étant limité)

Bulletin réponse

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Conférence du 27 juin 2017, l’inclusion : une mosaïque à composer ensemble

Reportage de WEO à la MAS de Croisilles

Suite au colloque Alter Altus et Art et dans le but de préparer une émission consacrée aux pratiques artistiques et culturelles, le groupe de télévision WEO a été accueilli à la MAS de Croisilles pour filmer une répétition de BAO PAO, avec des résidents de la MAS et du foyer de vie « le Bord des Eaux » à Hénin-Beaumont.

Le reportage a été retransmis lors de l’émission : « On vous en dit plus » , Denis Bayart invité sur le plateau a pu s’exprimer sur la pratique de cet instrument et plus généralement l’accès à la culture des personnes en situation de handicap.

Retrouvez l’émission ici : http://www.weo.fr/video/47318/

IMG_1005 IMG_1006 IMG_1009 IMG_1012 IMG_1015 IMG_1016 IMG_1017 IMG_1022 IMG_1024 IMG_1032 IMG_1034 IMG_1037

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Reportage de WEO à la MAS de Croisilles

Le CCR du 11 Mars 2017 à Lens

Engagement

L’engagement, quels plaisirs…

Réunis à Grenay, les 350 participants de ce CCR ont pu partager leurs expériences de citoyens engagés au sein du Mouvement Unapei. Ils ont aussi partagé de beaux moments de plaisir au cours de cette matinée chaleureuse, conclue avec les « Gilles de Bintje » !…

Monsieur Brelot, Président de l’Apei de Lens et environs, en compagnie de Monsieur Cuvelier, Président de l’Urapei, ouvre le CCR :

2017 03 11 CCR GRENAY (3)

2017 03 11 CCR GRENAY (21)

2017 03 11 CCR GRENAY (17)

En savoir plus :

http://www.nord-pas-de-calais.unapei.org/Le-CCR-du-11-Mars-2017-a-Lens

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Le CCR du 11 Mars 2017 à Lens

Alter Altus et Art

Allocutions d’ouverture :

Michel Bocquet : Président de l’Udapei 62 et de l’Afapei du Calaisis,

Nathalie Delbart : Vice Présidente en charge de la culture au Conseil Départemental du Pas-de-Calais.

discours de madame delbart

 

 

Brigitte Doré : Directrice Générale de l’Union Départementale, Denis Bayart : Cadre de Direction.

 

« René a un trou » par Emmanuel De Lattre : Conteur Président du CLiO.

 

« Art et lien social : pédagogie, créativité et handicap »

Résumé :

Les pratiques artistiques et les thérapies par l’art dans les asiles, puis à l’hôpital psychiatrique ont été mises en place, à titre principal, à l’initiative de médecins aliénistes, puis de psychiatres. Deux orientations se dégagent : les thérapies par l’art et les pratiques artistiques. Elles sont toujours actuelles et se rencontrent, entre autres, dans les établissements du secteur médico-social. A partir d’une esquisse historique, nous préciserons la fonction des pratiques artistiques : créativité, lien social, intégration par la culture, apprentissage de techniques et intégration des règles de métier…

Gérard Bonnefon, éducateur de jeunes enfants, éducateur spécialisé a assuré des responsabilités nationales dans les secteurs du social et de l’éducation populaire. Il a dirigé une école de travail social. Il est diplômé de l’EHSS Paris.

Dernier ouvrage paru : Pratiques artistiques et thérapies par l’art, De l’asile au médico-social, Chronique Sociale, 2015.

Lire la suite…

Discours de Gérard Bonnefon :


Echanges avec la salle :

 

Table ronde : « pratiques culturelles et artistiques : défis et innovations »

Clémence LaCocque : Responsable des Pôles des publics des musées de Saint-Omer

Nadine Lancel : Directrice du pôle habitat et vie sociale à l’Apei de Lens

Aurélie Brulavoine : Chargée de projets à l’association « Signes de sens »

Stéphane Frimat : Directeur de la Compagnie de l’Oiseau Mouche

David Amelot : Comédien à la Compagnie de l’Oiseau Mouche

Inauguration de la Yourte :

 

« Culture et travail social : un ré-enchantement des pratiques professionnelles ? »

Les pratiques artistiques et culturelles sont régulièrement perçues comme des outils favorisant l’intégration, l’insertion des personnes en situation de handicap, qu’il soit social, physique ou intellectuel. Mais elles peuvent avoir aussi une tout autre signification sitôt qu’elles sont reconstextualisées au regard de l’histoire du travail social. En réduisant la « violence symbolique » que peut engendrer l’accompagnement socio-éducatif, elles participeraient ainsi au « réenchantement » de ce champ professionnel.

Gérard Creux : Docteur en sociologie, IRTS de Franche-Comté

Discours de Gérard Creux

Echanges avec la salle :


Table ronde : « accès à la culture : rêves ou réalités »

Arnaud Debeve : Chargé en développement des partenariats

Miryam Pol : Médiatrice culturelle au musée de Louvre Lens

Claire Grisard : Chargée de projet accessibilité à l’Unapei

Claire Gouelle : Chargée de mission culture auprès de l’ARS Nord/PdC/Picardie

Anne Mounier : Administratrice

Aude Tommes : Médiatrice culturelle à l’Apei Papillons Blancs de Dunkerque

 

Synthèse et perspectives de recherche par les grands témoins de la journée :

Cédric Routier : Directeur de recherche de l’unité HADePaS Lille

Damien Vanneste : Maitre de conférence et enseignant-chercheur en sociologie, Université catholique de Lille, Unité HADePaS

 

Présentation de projets artistiques par l’Afapei du Calaisis, l’Apei de Lens, le GAM et l’Apei d’Hénin-Carvin :

 

Présentation de projets artistiques par l’Apei de Saint-Omer, l’Apei de Boulogne et l’Apei de Béthune :

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Alter Altus et Art